Présentation Cambodge

Royaume du Cambodge

Statistiques

  • Superficie : 181.035 km²
  •  Population s’élève à 11.437.656 habitants ( 7ème place parmi les pays de l’ASEAN )
  •  Hommes         : 5.511.428 environ 48%
  • Femmes          : 5.926.248 environ 52%
  • dont enfants de – 12 ans représentent 14% de la population.
  •  Densité moyenne est de 64 habitants par m²
  • Zone urbaine  : 16%
  • Zone rurale     : 84%
  •  Taux de croissance annuelle : 2,5%
  •  Taux de scolarisation : enfants âgés de 7 à 14 ans : 64%
  •  Taux d’analphabètes : 67% (dont les femmes 57% )
  •  Taux de chômage : 5%

 Les cinq premiers centres :

1-    Kompong Cham        (  9.799 km² ) : 1.607.913 soit 14,1%

2-    Kandal                                   (  3.568 km² ) : 1.073.586 soit   9,4%

3-    Phnom-Penh              (     290 km² ) :    997.986 soit   8,7%

4-    Prey Veng                  (  4.883 km² ) :    945.129 soit   8,3%

5-    Battambang                (11.702 km² ) :    791.958 soit   6,9%

Détail des sites touristiques :

–       naturels                                  : 86

–       historiques                             : 16

–       culturels                                 : 3.810 « monastères »

–       culturels et historiques          : 51 et 1.080 temples

–       naturels et historiques                       : 8

–       transformés                           : 40.

[Source : Recensement général réalisé du 22 février au 18 mars 1998, proclamé par le ministère de l’intérieur le 14 septembre 1999].

I .HISTOIRE CONTEMPORAIN DU PAYS

chronologie succincte :

1954: le Cambodge gagne son indépendance vis–à-vis de la France et sa neutralité est reconnue à la conférence de Genève portant sur l’Indochine.

1955: SIHANOUK abdique en faveur de son père et entre directement en politique, gagnant les élections nationales.

1963: un petit groupe de radicaux entre en rébellion connu plus tard sous le nom de « Khmers Rouges ».

1965:SIHANOUK rompt les relations diplomatiques avec les USA et se rapproche des Nord-Viêtnamiens et de la Chine.

1969-1973: environ un demi-million de bombes sont lâchées par les USA sur le sanctuaire communiste qu’est devenu le Cambodge durant la guerre du Viêt-nam.

1970: SIHANOUK est déposé par un coup d’état par son Premier ministre, LON NOL. SIHANOUK forme une alliance tactique avec les Khmers rouges. Le Cambodge tombe dans la guerre civile.

1975: les Khmers rouges prennent la capitale PHNOM PENH et l’ère du génocide commence.

1979: PHNOM PENH tombe aux mains des Vietnamiens après une attaque qui a débuté le 25 décembre 78. Les Khmers rouges poursuivis par les Vietnamiens se réfugient aux frontières de la Thaïlande.

1979: La famine et les combats poussent des centaines de milliers de cambodgiens à rejoindre les Khmers rouges dans des camps de réfugiés à la frontière thaïlandaise.

1979-1983: les Khmers rouges posent des millions de mines dans le but avoué de déstabiliser le pays en mutilant les civils et en les empêchant de cultiver et de se déplacer. Les Khmers rouges espéraient pousser ainsi les Cambodgiens à réagir et à provoquer une nouvelle révolution.

Durant toute cette période, les zones frontalières restèrent contrôlées par les Khmers rouges.

1982: SIHANOUK accepte de conduire une alliance politique et militaire opposée au Viêt-nam soutenu par les forces gouvernementales de PHNOM PEHN.

1985: Les Vietnamiens attaquent les forces rebelles réfugiées en Thaïlande  qui mènent des actions incessantes de guérilla contre les forces gouvernementales.

1989: Le Viêt-nam annonce qu’il retire l’ensemble de ses troupes du Cambodge.

1990: Un accord est conclu entre le Conseil de Sécurité de l’ONU, le gouvernement de Phnom Penh et les groupes d’opposition.

1992 : L’United Nations Temporary Authority Cambodian ou UNTAC commence les opérations de déminage au Cambodge.

1993: Les Nations Unies favorisent des élections. Celles-ci ont pour corollaire le partage du pouvoir entre les différentes factions.

1997:HUN SEN, le vaincu des élections de 1993, prend les rênes du pouvoir cette année là, chassant son co-1er ministre. Lors de ce coup d’état, HUN SEN poursuit RANARIDDH et ses troupes jusqu’à la frontière Thaïlandaise. Durant cette période de nouvelles mines furent posées dans le Nord du pays.

1998: Une seconde élection amène HUN SEN au poste de Premier ministre.

1993-1999: les forces khmères rouges se rendent au gouvernement.

Cambodge

Histoire

Période angkorienne

802 – Jayavarman II devient « roi divin ». Il est le premier souverain d’une longue lignée qui marque l’essor, puis le déclin, du Royaume des Khmers au XVe siècle.

1112 – Après une période de troubles, Suryavarman II rétablit l’unité du royaume et se lance dans une nouvelle vague de conquêtes, en particulier dans l’actuel Vietnam. Il ordonne la construction du temple d’Angkor Vat en hommage à Vishnu.

1181-1218 – Le souverain Jayavarman VII monte sur le trône et fait construire la plupart des temples encore visibles aujourd’hui sur le site d’Angkor. Il mourut à l’âge de 93 ans et reçut le nom posthume de Mahaparamasaugata. Historiquement son règne marquait l’apogée du Cambodge.

Période moyenne (du XIII au XVIe siècle)

1340 – Milieu du XIVe siècle : les premiers rois des Annales : la dynastie khmère règnant à Angkor au début de la période moyenne serait issue d’un homme du peuple Neay Trasak Paem, jardinier du roi. Après avoir tué le roi par méconnaissance, le Conseil des mandarins le choisit pour souverain. Il épousa la fille de son prédecesseur et eut deux fils Nipean Bot et Sithean Reachea.

1352-1432 – Déclin des Khmers. Le Royaume thaï d’Ayudhya (1351) monte en puissance, et multiplie les incursions au Cambodge. La ville d’Angkor est saccagée.

1434Fondation de Phnom-Penh. Le roi Chau Ponhea Yat abandonna Angkor. Après un bref séjour à Srey Santhor où il ne put rester à cause des inondation, il s’installa à Phnom-Penh.

1528Fondation de la cité citadelle de Lovek. Règne de Chau Ponhea Chan ou Ang Chan 1er (1516-1566). Sous son règne, la guerre contre les Siamois reprit de plus belle. La bataille de Lovek commençait. En 1546, le roi Ang Chan 1er retourna à Angkor après 85 ans après son abandon. Le roi mourut à l’âge de 79 ans en 1556. Il rétablit la paix à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

1594 – Les Thaï s’emparent de Lovek à la seconde attaque (la 1ère fut en 1587). En 1587, Ayudhya était en guerre contre les Birmans. Les armées khmères vinrent en aide au roi siamois Nareshuan. Le Cambodge passe de facto sous la tutelle des Thaï et des Vietnamiens, qui établissent une double suzeraineté sur le pays pendant près de trois cents ans (fin du 18ème siècle – début du 19ème siècle).

1601 – Retour du prince Srei Soryopor au Cambodge. Le roi Srei Soryopor ne put amener avec lui que son fils cadet Outey. Il dut laisser son fils aîné Chey Chettha comme otage au roi Nareshuan. Le prince Chey Chettha ne put prendre la fuite qu’au décès du roi siamois pendant la bataille contre les Birmans en 1605.

1619-1627 – Capitale Oudong. Sous le règne de Chey Chettha II. Premiers empiétements vietnamiens (1623). Le roi conféra à son épouse, Ang Cun, fille du seigneur vietnamien Sai Vong, la dignité de reine. La capitale royale fut transférée de Lovea Em à Oudong.

1794-1796 – Règne de Ang Eng (fils du roi Outey II). Il devint roi à l’âge de six ans sous la régence de Mu. Ensuite, il dut s’enfuir au Siam avec Ben pour échapper au complot des mandarins. En 1794, il fut couronné à Bangkok par le roi de Siam. Il mourut à l’âge de 24 ans. Son fils aîné Ang Chan était un enfant de 4 ans.

1796-1834 – Ang Chan ne fut couronné roi que dix ans après son avènement. Ses 38 années de règne s’écoulèrent dans des guerres continues contre Bangkok et Hué. Il entra en conflit avec ses deux frères Ang Em et Ang Duong. En 1834, le roi mourut à Oudong où il s’était installé.

1834-1842 – Reine Ang Mei (2ème fille du roi Ang Chan). Les Vietnamiens écartèrent du trône les deux frères du roi Ang Chan. La reine n’avait pas de pouvoir personnellement. Ce fut le général vietnamien qui gouvernait à sa place. Il s’empara du prince Ang Em et l’envoya à Saigon, puis à Hué. Les mandarins qui étaient favorables au Siam furent exécutés, la fille aînée d’Ang Chan fut assassinée.

Avènement du Roi Ang Duong

1842 – Toutes ces mesures indignèrent les bonzes et la population khmère. Le peuple se souleva. Le prince Ang Duong et le général Bodin rentrèrent au Cambodge et prirent Pursat. Ils arrivèrent à Oudong où le prince Ang Duong prit le titre de roi. L’avènement du roi Ang Duong allait porter atteinte à la suzeraineté vietnamienne au Cambodge mais la tutelle siamoise se trouva renforcée. Ces mainmises devenaient de plus en plus pesantes, c’est ce qui poussait le roi Ang Duong de tenter à y échapper et à chercher une solution tierce en dehors des Vietnamiens et des Siamois.

EPOQUE CONTEMPORAIN

1864 – L’arrivée de vaisseaux de guerre français obligent le roi Norodom à signer un traité de protectorat avec Paris.

1941 – Mort du roi Monivong. Vichy, avec l’accord des Japonais qui occupent le pays, place sur le trône le jeune Norodom Sihanouk (19 ans).

1945 – Les Français reviennent, le Cambodge devient un « Etat autonome de l’Union française ».

1953 – Proclamation de l’indépendance, entérinée lors de la Conférence de Genève l’année suivante.
1965 – Le conflit au Vietnam s’aggrave. Le Cambodge, qui avait proclamé sa neutralité, rompt ses relations diplomatiques avec Washington et décide de soutenir le Vietcong.

1969 – Les Etats-Unis multiplient les bombardements à grande échelle sur des bases arrières du Vietcong installées au Cambodge.

1970 – Coup d’Etat. Sihanouk est déposé par le général Lon Nol. Il s’installe à Pékin. En avril, les forces américaines et sud-vietnamiennes envahissent une partie du pays pour chasser le Vietcong.

1975 – Le 17 avril, les Khmers rouges font leur entrée dans Phnom Penh. Installation du régime de Pol Pot. Début de la terreur.

1979 – Invasion des troupes vietnamiennes qui chassent les Khmers rouges en deux semaines et établissent un régime communiste : « la République populaire du Kampuchéa ».

1989 – Le Vietnam, en pleine crise économique, se désengage du Cambodge. En 1990, le Conseil de sécurité des Nations Unies entérine un plan de paix. L’ONU se déploie sur le terrain et administre le pays jusqu’aux premières élections de l’après-guerre.

1991 – Les Accords de Paris, signés par les Cambodgiens, l’Onu, et 18 pays garnats , placent le pays sous tutelle de l’Onu jusqu’à l’organisation d’élections libres.

1993 – Premières élections libres. Courte victoire du FUNCINPEC devant le PPC. Formation d’un gouvernement d’unité nationale.

1997 – En juillet, affrontements armés entre partisans de Ranariddh et Hun Sen. Hun Sen assume seul la direction du pays.

1998 – Victoire aux élections de Hun Sen et formation d’un nouveau gouvernement de coalition entre le FUNCINPEC et le PPC. Pol Pot, chef des Khmers rouges et responsable du génocide cambodgien, meurt d’une crise cardiaque en avril.

1999 – Entrée dans l’Association des Nations du Sud-Est Asiatique (ASEAN) qui vise à promouvoir le développement économique, social et culturel des états membres.

2001 – Un tribunal spécial a été mis en place pour juger les anciens dirigeants Khmers rouges. Le roi fête le soixantième anniversaire de sa première accession au trône.

2002 – Premières élections locales : le Parti du peuple cambodgien du Premier ministre Hun Sen conserve le contrôle d’environ 1 600 khums (communes). En février les Nations unies se retirent des préparatifs du procès des Khmers rouges. A la fin de l’année, un ancien cadre khmer rouge est condamné pour l’assassinat de 3 « routards » occidentaux, dont un français.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Patience – Tolérance – Compassion

%d blogueurs aiment cette page :